De la chance d’exposer

antoinerenault exposition exhibitionVoilà… La salle immense est vide. Elle a abrité du sel pendant des siècles. De l’océan, du vent et du soleil pendant 10 jours. Je claque l’énorme porte en chêne massif. Je mets en bouteille un grand cru de beaux moments.

Un an que je travaillais dans mon atelier d’Amsterdam en pensant à cet endroit. Chaque week-end, le stock de tableaux progressait et la playlist avançait. Cinq ans après, je voulais retourner sur le lieu de ma première expo et refaire le plein de souvenirs magiques.

antoinerenault exposition exhibitionDéployer les 32 toiles sur les murs. Contempler le résultat d’ensemble pour la première fois. Y accueillir d’un coup la foule du vernissage. Le lendemain matin (pas trop tôt) ouvrir les portes aux premiers visiteurs et dégoupiller la bande son. Recevoir en vrai un couple d’Anglais fidèles depuis toujours sur Facebook. S’étonner d’en faire des amis en vrai deux soirs plus tard.

antoinerenault exposition exhibitionProfiter des moments privilégiés sous les toiles avec la famille et les amis. Déguster la lumière et suivre la marée en mettant une tête dehors, sur le port. Jouer au marchand de cartes postales.

Répondre aux questions enthousiastes de l’amateur. Assister au coup de foudre du collectionneur. A sa joie de revenir plusieurs jours de suite parler en silence à son tableau et le rêver sur son mur. Se laisser doucement envahir par l’émotion que provoque la toile de Mère Grand.

Oser peindre en live pour la première fois. antoinerenault exposition exhibitionS’amuser des groupes qui se forment derrière. Dire bonjour des centaines de fois pour déclencher les conversations. Se délecter de celles qui s’enclenchent avec les enfants.

Accueillir tous les commentaires. Finir par comprendre mieux ce qui fait la singularité du travail exposé. Dédicacer un art book. Se détendre sur un transat et regarder.

Et le dernier matin… se consoler d’être à la fin avec le p’tit-déj-pain-au-raisin de clôture promis par un voisin qui vous veut du bien.

Share and Enjoy

Mère grand

Fin d’après-midi. Le thermique s’est calmé. Les dériveurs et les annexes sont remontés sur la plage. Les cousins sur la dune, les uns après les autres. Décoiffés par la brise. Du sable plein les pieds, du sel plein les yeux. C’était une chouette journée! De celles qu’il faut ralentir et faire durer car elles comptent double dans le souvenir des vacances. Bientôt l’heure de rejoindre nos chaumières respectives pour la soirée. Faire traîner, profiter… S’asseoir par terre côté Sud à l’abri du vent sur la terrasse de granit et réchauffer son dos contre le mur de chaux . Mère grand est toujours dans les parages.

"Grand-mère Maud" 2016©AntoineRenault acrylic on canvas 70x50cm

« Grand-mère Maud » 2016©AntoineRenault acrylic on canvas 70x50cm

Elle qui était si heureuse en mer n’a plus l’âge de naviguer. Elle suit dans la journée les voiles de chacun du haut de sa dune, dans le Noroît. Puis récolte les récits de chacun le soir côté Sud. La bande de lézards se retrouve pas loin de la porte de sa chambre. A l’entrée de cette caverne d’ombre parfumée de térébenthine, on refait le monde. La robe de grand-mère attrape les derniers rayons de soleil. L’air de ne pas y toucher, elle lance ces petites questions anodines qui permettent de jauger l’état des troupes, de recouper l’actualité de l’île et de la famille.  La complexité des arabesques qu’elle dessine avec sa canne dans le sable est proportionnelle à celle que ses pensées traversent. Et elles se concluent souvent d’un « et t’en pense quoi, toi? » ponctuée d’un petit rictus souriant, mélange de bienveillance, de malice et de doute.

Quand j’ai démarré cette toile, je savais que je la garderais pour moi. Privilège d’une conversation en face à face. A chaque coup de pinceau j’essayais d’imaginer ce que disaient les arabesques en dessous du tableau, invisibles. Pour la première fois, cette sensation d’être observé par mon sujet pendant que je peignais. Des heures à modeler ce visage jusqu’à ce que le regard et chacune des petites rides, ensemble, finissent par composer cet imperceptible sourire, inquisiteur et protecteur.

Share and Enjoy

Promenade au paradis

Sailing to heaven ©antoinerenaultPremiers jours de septembre. Mon voilier semble deviner l’hivernage. Dernière journée de navigation. Elle a intérêt à être bonne, c’est assez dur comme ça. Soit distrayante, sportive, franche brise. Soit détendante, belle, mer calme. Là c’était du splendide. Cadeau de fin de vacances. Légère brume de grand beau dans la matinée qui s’étire. De bons amis sur la plage. DSC_0175bC’est ce matin là que je fais les images qui inspireront « Duel de Sauterelles ». Une baignade, un pique nique et on embarque! La surface est lisse. Souffle caressant,  juste suffisant pour glisser le long de la silhouette de la côte. Du mouillage jusqu’au port. Tout doucement. Le temps de profiter complètement du spectacle. Les yeux font de leur mieux pour remplir la mémoire. Plus je regarde cette île, plus je la trouve belle. Plus elle me manque.

"Sailing to heaven"  ©2016 Antoine Renault    Acrylic on canvas  Triptych 3x80x40cm

« Sailing to heaven » ©2016 Antoine Renault Acrylic on canvas Triptych 3x80x40cm

Share and Enjoy

D’une crique à l’autre

rocher de l'Anse Rouge noirmoutier antoinerenaultCes matins d’été: quand la mer est d’huile, le soleil chaud et la mer haute… Le vent a disparu. Les plannings aussi. Aucune espèce d’organisation ne résiste à ce temps là. La contrainte minimum du déjeuner de famille cède tacitement. Les enfants s’éparpillent, chacun à son plaisir improvisé. S’offrir un festin de baignades par exemple.

"Allée du Cob" ©AntoineRenault2016  acrylic on canvas 100x70cm

« Allée du Cob » ©AntoineRenault2016 acrylic on canvas 100x70cm

vue aérienne bois de la chaise antoinerenaultPasser d’une crique à l’autre, d’une plage à l’autre. Plonger de l’estacade, puis des rochers de l’Anse Rouge, puis de la jetée Lasserre au Nord des Souzeaux… remonter dans le bois de la Chaize côté Ouest, et finalement bifurquer à droite pour retrouver l’étendue de la Clère s’afficher en panorama large au bout d’un canyon de chênes verts et de pins. La serviette commence à être franchement humide. Hâte de retrouver le sable chaud dans quelques mètres. Et ce repère familier qui va apparaître légèrement sur la droite: le rocher du Cob.

 

Share and Enjoy

A l’ombre d’un grand plongeon

Partir le matin par la plage. Slalomer entre les rochers de la pointe du Cob. Longer les Souzeaux. Pénétrer dans le bois. Surplomber l’Anse rouge. Monter encore. Les pieds nus sont habitués à éviter les racines de chênes verts. Sauter au-dessus d’une faille. Jeter un oeil au balcon du phare de la Pointes des Dames. Se souvenir de cette vue magique là-haut, où l’on pouvait surplomber la canopée quand on était enfant.  Descendre vers la plage en dérapage contrôlé sur la sapinette. Puis l’Estacade apparaît dans une trouée. Sud-Est. Soleil pleine face.

Estacde Noirmoutier AntoineRenaultLes pieds passent du granit frais aux poutres de chêne tièdes. Marcher sans trop regarder entre les planches, tout en bas, les vagues. Surtout, garder l’orteil cambré: un accident d’entre-planches a vite fait de ruiner au moins une précieuse semaine de vacances. Respirer le vent qui commence sa bascule vers le Nord-Ouest. A mi-parcours, ça sent déjà vraiment le large. Comme si on était en train de tirer des bords au milieu de la baie. Compter les éperlans dans les seaux des pêcheurs. Avancer tranquillement jusqu’au bout. Une fois arrivé, faire une pause: prendre le temps de profiter de la vue tout autour. Le bois est sublime vu d’ici.

Grimper sur la balustrade entre deux pêcheurs. S’élancer en plein air. Plonger dans le grand bleu. Ca y est. Les vacances ont commencé!

"In the shadow of a high dive"  ©AntoineRenault2016   acrylic on canvas 100x70cm

« In the shadow of a high dive » ©AntoineRenault2016 acrylic on canvas 100x70cm

Share and Enjoy

Chapeau!

Sortie du bleu, en jaune, une après midi de fin Aout. Plage de la Clère. Grand beau temps. L’eau est douce. Le soleil tape, le sable chauffe. En fin d’après-midi, c’est plus agréable. Ces jours là sont plus agréables de toute façon. Goûter l’eau à mi-jambe histoire de se rafraîchir. Surveiller les enfants. Remonter en courant pour jouer à devancer une vague. Ces jours là, les ombres sont belles.

"Nice hat!"  ©AntoineRenault2015    Acrylic on canvas 100x70cm

« Nice hat! » ©AntoineRenault2015 Acrylic on canvas 100x70cm

Share and Enjoy

Entre deux bleus

Savoir avancer dans les petits airs demande un peu de talent. Connivence avec les courants. Connaissance de sa monture. Comment remue-t-elle ses formes pour passer dans un reste de houle au ralenti ? A quel toucher de barre répond-t-elle ? Le spi se lâche, fier d’être moteur. La quille s’étire. C’est relâche. Verticale. Profil bas au portant.

™ Chillin'in the blue ©ARenault2015 100x100cm

™ Chillin’in the blue ©ARenault2015 100x100cm

L’hélice hésite à se réjouir. Si le spi manque de souffle, ce sera pour elle. Enfin.

En attendant, les quelques bulles qui défilent à la surface d’un clapot d’huile permettent de deviner que le speedo affiche moins de 3 nœuds.

Share and Enjoy

North of the rocks!

Hmmm… ça pourrait être le nom d’un cocktail.

™ North of the rocks!

Je ne sais plus exactement ce que les deux sauterelles regardaient. C’était au Nord des rochers de la pointe du Cob (si vous voulez savoir à quoi ce rocher ressemble, regardez la bande annonce du film Boomerang).

Le Cob dans BoomerangJe sais qu’elles attendaient leur grand-père qui rentrait très lentement d’une après-midi en mer dans son fameux canot Sterna. Thermique tombé. Gite forcée pour affuter le sillage et profiter des derniers souffles d’air. Une éternité pour parcourir les derniers miles. La plage est vide. Le soleil est plus bas, plus ambré, et plus chaux aussi depuis qu’il a largué le vent. Ca va aller : on peut attendre une éternité… jusqu’à l’heure de l’apéro.

Share and Enjoy

L’affiche des régates est arrivée !

C’est comme cela chaque Printemps depuis 25 ans. A Pâques, on espère la nouvelle affiche des régates du Bois de la Chaise. Cet événement de yachting classique fait partie de l’île de Noirmoutier. L’île fait partie de ma vie. Les régates et leur affiche aussi.

"En régate au Bois de la chaise"  ©AntoineRenault2015 acrylic on canvas

« En régate au Bois de la chaise » ©AntoineRenault2015 acrylic on canvas

titre affiche tmCes régates ressemblent à leur île. Depuis plus d’un siècle (1895), les yachtmen du Bois de la Chaise cohabitent l’été avec les marins locaux. Tout ce petit monde se croise à pied les jours de grande marée, un filet à la main. En vélo les jDSC_0624 - Version 2ours de marché.

Et entre les bouées d’un parcours au large du fameux bois de chênes verts à mi Août. Spectacle équitable : aussi beau et joyeux pour les équipiers que pour les promeneurs. Les camaïeux d’ambre des vieux gréements font vibrer les bleus de ciel et de mer. Les silhouettes parfaites des coques à l’échouage hypnotisent les photographes. Trois jours de réjouissance bon enfant qui se terminent en banquet au pied du vieux château. C’est là que les équipages décoiffés aux embruns refont le match : les lancement de spi acrobatiques, les passages de bouée hasardeux, les remontées spectaculaires … Et le souvenir des chants d’Eric Tabarly à ces mêmes tablées enveloppe tout ce petit monde d’une réconfortante certitude : être entre marins aussi conviviaux qu’avertis. L’équipage de Pen Duick qui ne s’y trompe pas ne rate d’ailleurs jamais cette étape.

p1Depuis 1989, l’association La Chaloupe fait renaître les vieux gréements de prestige au travers de cette fête patrimoniale. Chaque année, elle commande une création à un peintre pour l’affiche de saison. La contribution de certains anciens (Paul Vincent Darasse) et contemporains (Morlaine) ont marqué cette collection et nourri mon inspiration. En 2014, pour fêter ses 25 ans, l’association fait appel à concours. J’en suis. Me régale sur un petit format carré de 50cm. Devine bien que le sujet ne correspond pas idéalement au brief. Ne suis pas retenu pour l’affiche… mais le tableau est exposé avec les autres sur la place d’Armes et fait la couverture d’Artistes magazine.

Décembre 2014, je suis en train de fêter avec des amis l’arrivée de Noël dans un très ancien bar du port d’Amsterdam quand Marie Bruley, Chargée de l’évènementiel pour l’île et administratrice de l’association, me contacte pour me proposer mon premier cadeau : l’affiche 2015. Après une revue de mes centaines de clichés sur les régates, je tombe sur une image faite par la talentueuse photographe Valérie Lanata. Pas mieux ! Quelques mois, de nombreux mails et des heures au chevalet plus tard, la toile est prête. Amsterdam-Rennes bien à l’abri dans une solide caisse en bois. L’essai est superbement transformé par un photographe breton et un imprimeur vendéen. Rarement vu une reproduction si fidèle de tableau.

affiche tm

Cette semaine, dans le bureau de l’Association, nous fêtions l’ouverture de cette saison 2015 et le lancement de l’affiche avec la presse. Chaleureuse bâtisse en bois posée sur le quai Sud du vieux port, baignée par une belle lumière d’Ouest. En écoutant le passionné président Christian Demur rappeler l’histoire des régates aux journalistes, j’ai eu deux pensées amusées. Pour mon père, qui a gagné ces régates dans la catégorie « petit canot à voile » en multi récidiviste jusqu’à ses 80 ans sur Sterna, un bateau fait de ses mains. Et pour un de mes fils qui a sans doute trouvé là un brin d’élan dans le choix de son métier : charpentier de marine.

J’étais bien sous ce soleil d’Ouest.

Share and Enjoy

Les Régates du Bois de la Chaise 2014

Régates du Bois de la Chaise 2014 - Antoine Renault - acrylique sur toile 50x50cm

Régates du Bois de la Chaise 2014 – Antoine Renault – acrylique sur toile 50x50cm

Le bois de la Chaise, c’est un endroit magique sur l’île de Noirmoutier. Les régates du bois de la Chaise, c’est un moment magique au large de ce bois. Le 15 août de chaque été, depuis 1894. Ce qui se fait de plus racé, élancé ou simplement charmant comme voilier traditionnel se retrouve à régater devant des plages cernées de chênes verts. L’association « la Chaloupe » a fait revivre ces régates il y a … 25 ans. L’occasion  d’organiser un concours de peinture pour l’affiche de cette année. Ces régates, c’est bien sûr l’échouage spectaculaire et convivial sur la plage des Dames, la joyeuse et populaire remontée du port. Et … c’est les régates !

™ photo regatesDu fidèle Pen Duick aux petits canots locaux, 140 voiliers bois élancent leurs gréements dans la brise thermique. Beaucoup de petits équipages familiaux qui ne rateraient ce moment pour rien au monde, se battent avec ardeur entre les bouées puis rentrent sagement se poser au corps mort quand le vent descend avec le soleil. C’est l’image d’un moment où l’on refait le film des bords tirés dans la journée, et on anticipe celui des apéros à partager dans la soirée :)

Mon père a gagné à plusieurs reprises les régates dans sa catégorie, sur un voilier de sa fabrication. Un de mes fils est devenu charpentier de marine. Je ne saurai pas fabriquer un canot moi-même ni gagner une régate dessus … mais j’adorerai peindre une affiche pour ces mythiques régates qui m’ont déjà inspiré « lendemain de régate » et « 8mJ sous spi » !

Share and Enjoy