Renaissance

C’est l’histoire d’une petite toile qui sert d’étude pour une plus grande et qui reste abandonnée dans un coin de l’atelier. Pendant que la grande fait son chemin jusqu’aux vitrines des galeries, elle rêve secrètement de devenir un jour elle aussi une toile aboutie. Des années plus tard, un dimanche de rupture en toile neuve, elle se trouve être le moins mauvais support pour un besoin urgent de création.

TM-renewal-antoinerenault-art-saatchiart - small

La petite étude de « Paradeisos » devient « Renewal ». Une brassée d’eau en plein visage et là voilà rafraîchie. Transformée. Aboutie.

zoom-renewal-antoinerenault-art-saatchiart

 

Share and Enjoy

Yellow submarine 2

J’ai assez d’images en stock pour peindre des reflets jaunes sous-marins pendant des années. J’aime toujours autant jouer avec ce miroir aléatoire: ce qui se joue à la surface vue d’en bas est d’une créativité infinie.

TM-yellowsubmarine-2-antoinerenault-art

 Et même si cette partie de la toile répond aux mêmes exigences de dessin et de couleur, elle conduit vers l’abstrait un peu plus vite. J’aime bien cela. Probable que cette partie-là prenne un peu plus de place dans mes tableaux à venir.

Yellowsubmarine-2-antoinerenault-saatchi-art-zoom copie

Share and Enjoy

Yellow submarine en eaux grecques

Les volutes de lumières inventées par les vaguelettes de surface sont d’une créativité infinie. Cela fait partie des spectacles que je ne me lasserai jamais de regarder. Comme les flammes qui dansent. Comme les nuages qui fondent, …

Celles-là ont été dessinées un matin d’Août 2017 sur une plage d’Amorgos.

TM-yellowsubmarine-antoinerenault-art-2018antoinerenault-art-yellow-submarine-2018-3

Share and Enjoy

Rien que des bulles

Nothingbutbubbles-antoinerenault-art-2018_original

 

Faire des bulles sous l’eau. Souffler un peu d’air. Permettre au corps de mieux rester au fond. Et aux yeux d’admirer ces balles de mercure se bousculer vers la surface. C’est comme souffler du verre sans être limité par la matière première. Finalement si. La matière première ici c’est l’air. Et il faut remonter en chercher avant de plonger à nouveau.

nothingbutbubbles-antoinerenault-art-2018- zoom

Share and Enjoy

Zero gravité

Cette apesanteur que l’on resent lorsque l’on flotte allongé à la surface… Légèreté. Comme installé dans un nuage liquide. Détente. Aucun muscle en tension. Aucun point sous pression.

"Zero Gravity" 2017©antoinerenault. acrylic on canvas 100x70cm

« Zero Gravity » 2017©antoinerenault. acrylic on canvas 100x70cm

L’élément liquide compense la force de gravité. Et cet équilibre physique semble se transformer naturellement en sérénité. La tête se vide. Au mieux elle caresse des pensées positives. Des pensées sans gravité.

Bas-Closeup-zerogravity-antoinerenault

Archimède a théorisé l’explication physique: “Tout corps plongé dans un liquide reçoit de celui-ci une poussée verticale égale au poids du volume du liquide déplacé”. Mon père a toujours eu une fascination pour ce phénomène. Et c’est sans doute par reconnaissance pour ses grandes joies de navigation qu’il a fait apprendre par coeur la formule à tous ses enfants. Ce qui a procuré à cette progéniture moyennement équipée pour la Physique une joie furtive au moment où le sujet était enfin abordé à l’école.

Share and Enjoy

Agio Nikolaos

Oui c’est un titre un peu bizarre pour cette image. J’aime bien le nom des lieux. Agio Nikolaos (Saint Nicolas), c’est le petit rocher au pied d’Oia où est construit une chapelle.

"Agio Nikolaos" 2017©antoinerenault. Acrylic on canvas 50x70cm

« Agio Nikolaos » 2017©antoinerenault. Acrylic on canvas 50x70cm

Un coin parfait pour plonger, à 15 minutes de nage de la falaise. A côté de la chapelle, un petit abri dans lequel un pêcheur garde ses filets au sec. Lézarder au soleil après la baignade, le dos nu appuyé sur la chaux tiède de ce vieux mur, est un luxe. Profiter de la beauté pure de ce site incroyable. Penser à la soirée que l’on va passer là-haut, tout en haut de la falaise. Se réjouir à l’avance de cette vue stupéfiante qui donne un supplement de gout à toutes les saveurs du diner.

Share and Enjoy

Le cercle éternel des formes fugitives

Figer des reflets c’est attraper des formes fugitives. Qui se ressemblent toujours. Et qui n’en finissent pas de se transformer en d’autres formes. Dans une composition éternellement unique, à chaque instant.

antoinerenault-cercle-eternel-formes-fugitives

J’avais en tête de peindre cette image depuis longtemps. Je me posais deux questions: arriverai-je à trouver le moyen de rendre la luminosité de ce moment? Et quel titre pourrai-je bien lui trouver? La lumière a fini par arriver. Le nom est un morceau de poème de Louise-Victorinne Ackerman. Une poétesse française dont j’ignorais le nom et l’oeuvre. Mais j’aime bien comment ces mots vont avec cette peinture.

antoinerenault-cercle-eternel-formes-fugitives-k

 

Share and Enjoy

Promenade au paradis

Sailing to heaven ©antoinerenaultPremiers jours de septembre. Mon voilier semble deviner l’hivernage. Dernière journée de navigation. Elle a intérêt à être bonne, c’est assez dur comme ça. Soit distrayante, sportive, franche brise. Soit détendante, belle, mer calme. Là c’était du splendide. Cadeau de fin de vacances. Légère brume de grand beau dans la matinée qui s’étire. De bons amis sur la plage. DSC_0175bC’est ce matin là que je fais les images qui inspireront « Duel de Sauterelles ». Une baignade, un pique nique et on embarque! La surface est lisse. Souffle caressant,  juste suffisant pour glisser le long de la silhouette de la côte. Du mouillage jusqu’au port. Tout doucement. Le temps de profiter complètement du spectacle. Les yeux font de leur mieux pour remplir la mémoire. Plus je regarde cette île, plus je la trouve belle. Plus elle me manque.

"Sailing to heaven"  ©2016 Antoine Renault    Acrylic on canvas  Triptych 3x80x40cm

« Sailing to heaven » ©2016 Antoine Renault Acrylic on canvas Triptych 3x80x40cm

Share and Enjoy

Se souvenir des belles choses

images« Depuis que je suis petit, j’ai une espèce de maladie: toutes les choses qui m’émerveillent s’en vont sans que ma mémoire les garde suffisamment » (JH Lartigue). Ses merveilles à lui sont souvent des moments. Je crois que j’ai cette même maladie. C’est peut-être pour ça que j’adore JH Lartigue.

Washing away from the soul the dust of everyday life AntoineRenault 2016   Acrylic on canvas 100x70cm

« Washing away from the soul the dust of everyday life » ©AntoineRenault2016
Acrylic on canvas 100x70cm    Inspired by JH Lartigue photography

 Ce photographe précoce est devenu peintre parce que photographie n’était pas encore une activité sérieuse. Il expose dans la même galerie que Monet à Paris. Amusantes coïncidences: j’ai découvert son travail à NYC l’année de sa mort (1986). Et il était devenu un grand nom mondial de la photographie à NYC l’année de ma naissance.

LIFE maagazinelartigue_autoLa chance sourit aux esprits préparés: En 1962, il a 100.000 clichés au compteur, mais se croît peintre. Lors d’une escale à NYC, une rencontre est organisée par un ami avec John Szarkowski, nouveau jeune conservateur du département  photographie au MoMa, . Coup de foudre. En 1963, à 69 ans, il expose pour la première fois en tant que photographe… au MoMa!!! En novembre de la même année, Life magazine lui consacre un article de 10 pages dans le numéro… qui raconte l’assassinat de JFK à Dallas quelques jours plus tôt. Il avait rencontré le jeune sénateur Kennedy 10 ans plus tôt chez des amis à Antibes. Ce numéro fait le tour de la planète et installe sa notoriété mondiale.

Picasso disait que « l’art sert à se laver l’âme de la poussière de tous le jours ». L’expression personnelle donne de la beauté et du sens à l’expérience humaine. Lartigue a passé une journée entière à photographier avec gourmandise Picasso et son univers. Il a fait ça toute sa vie: attraper ce qui l’émerveillait.

Son travail en couleur a récemment été exposé au FOAM d’Amsterdam. J’ai eu un coup de coeur pour 4 photos, dont celle de son amie Marie Bailey. Il aimait les femmes et cela se voit dans cette image.

Share and Enjoy