Crevette jaune

Acrylique sur toile – 2012

Encore dix comme ça et il y aura de quoi recouvrir un fond de ramequin à l’apéro. Les jours de grande marée, ça se mérite. D’abord enfiler un Cotten pour se protéger du vent frais. Attraper le filet. Celui qui n’a pas trop de trous. Le plonger entre deux massifs d’algues et pousser droit devant. Calculer la vitesse. Pas trop vite pour ne pas mettre la pagaille là dessous. Pas trop lent non plus parce qu’il faut quand même arriver par surprise. Espérer que parmi toutes ces bestioles qui chatouillent les pieds, il y en aura bien quelques unes qui auront l’amabilité de se laisser piéger. Remonter au bon moment. C’est à dire quand on sent qu’on peut encore porter la cargaison de goëmon. Poser sur un banc de sable. Contempler son affaire comme un billet de loterie. Pas grand chose au tirage en général, mais au déblayage avec un peu de chance… Eviter les crabes verts. Attraper la plus grosse. Ne pas la lâcher surtout, jusqu’à ce que ses chances d’évasion soient considérées comme nulles. Penser à nouveau à l’apéro pour se donner du courage.

Share and Enjoy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

petit test anti spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.