Carnet d’exil

Vous avez sans doute vécu des moments comme ça dans votre vie: on se retrouve un peu par hasard à un endroit à un moment donné… et cela change le cours des choses de manière inattendue.

Quelques jours avant le début du confinement, je prenais le train d’Amsterdam pour livrer une toile à Paris. J’en profiterais pour voir des amis et faire le tour des galeries que j’aime. Le samedi soir, les présages d’un confinement généralisé s’intensifient. Plutôt que de rentrer sur Amsterdam, Je décide de filer avec mon sac de week-end sur mon île chérie: quitte à rester bloqué quelque part, autant choisir un endroit tranquille. En quittant Paris, je démarre un carnet de croquis. Je l’appelle « carnet d’exode ». Je pensais qu’on en avait juste pour quelques jours de voyages et que cela m’occuperait pendant les temps morts. 3 mois et 90 dessins plus tard, j’étais toujours sur l’île.

Un groupe Facebook créé par ma soeur Clémence est devenu le rendez-vous quotidien d’une centaine de dessinateurs de tous niveaux. Un jour, un thème, un dessin. Une routine magnifique qui a créé un lien génial entre tous ces joyeux croqueurs pendant 90 jours. La beauté de cet exercice inédit (dessiner sur thème imposé tous les soirs) c’est qu’il inspire des sujets de peinture inattendu… comme les arbres et les maquereaux. Mes 15 préférés sont là. Tous les autres sont ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

petit test anti spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.