Danse sous les nuages

Nager sous les vagues d’Hawaï, c’est beau comme danser sous les nuages.

"Dancing beneath the clouds"   Antoine Renault 2013 - acrylic on canvas 115x80cm

« Dancing beneath the clouds » Antoine Renault 2013 – acrylic on canvas 115x80cm

"Under the blue" - sketch - Antoine RenaultIl y a exactement un an, mon projet à partir du travail de l’australien Mark Tipple me conduisait à Hawaï vers une autre photographe hyper talentueuse. J’ai suivi de très près Sarah Lee depuis ce moment là. Chacun de ses clichés continue de me fasciner. Je m’étais donc promis d’en choisir un comme sujet.

J’ai commencé par une petite aquarelle pour me faire la main. Comme si le chantier me semblait trop impressionnant pour passer directement à un grand format. Le hasard a fait qu’elle a atterri à Hawaï comme cadeau de remerciement à ma 300ème fan sur Facebook. Alexandra Gomez, une jeune et joyeuse lycéenne d’Honolulu qui emmène consciencieusement son surf à l’école pour pas rater trop de vagues en fin d’après-midi … Y’ en a quand même qui démarrent pas trop mal dans la vie !

"Under the blue" - Antoine Renault - watercolor 2013

« Under the blue » – Antoine Renault – watercolor 2013

Bref. Avec l’accord de Sarah Lee, et après une hésitation infinie entre plusieurs de ses clichés fabuleux, j’ai finalement attaqué un projet plus sérieux, ce  qui a donné cette toile de l’été. Un immense plaisir à produire :)

Share and Enjoy

Trois cormorans à Hoedic

Hoedic comme … Edig (caneton en breton). La petite soeur de l’île de Houat est l’escale préférée de la partie amarinée de la famille. Cela faisait déjà 4 ans que je n’y avais pas posé l’étrave de mon canot à voile.

"Trois cormorans à Hoedic" - A Renault 2013 - acrylic 150x50cm

J’ai peint cette toile cet été, quelques jours avant de profiter d’un vent de Sud Ouest un peu sévère mais porteur, qui nous a amené en un seul bord de Noirmoutier jusqu’au merveilleux Port La Croix. Cette fois ci, les cormorans étaient fidèles au poste pour saluer l’arrivée autour du phare du Gros Gueguez, mais surtout une joyeuse bande de marsouins et plusieurs fous de bassan. Leur regard et leur attaque parfaite en piqué me fascinent. Je crois bien que ces fous sont les prochaines bêtes à plumes qui finiront un jour sur une de mes toiles.

Mon bonheur ici : travailler les reflets et les remous de leur sillage.

Share and Enjoy

Eau douce

Laisser le sel sécher sur la peau après la mer. C’est une option. J’aime bien. Cela donne un parfum particulier à la peau et une saveur intéressante dès que l’on se lèche les babines. Rincer à l’eau douce, c’est bien aussi. Surtout si c’est dehors !  La douche devient alors un plaisir en soi.

"Eau douce" - A Renault 2013 - acrylic on canvas 120x40cm

L’eau devient embrun, le vent balaye tout cela. L’épiderme se lisse au fur a mesure que sable et sel glissent. Il perd en saveur mais gagne en douceur. Commence a respirer mieux. Donc a sourire. Je ne sais pas pourquoi, cette image me fait penser à la fille du « Peintre des étoiles ». Celle qui descend par la rue des Saules, avec du soleil sur son épaule … Les feuilles de saule sans doute ?

Share and Enjoy

On se retrouve à la Clère ?

La Clère, c’est le nom de ma plage. La plage, c’est là où toute les belles histoires commencent pour moi. Dans cette image, je retrouve la chaleur de l’été en début d’après-midi, juste après le café. On est sur la terrasse.

"On se retrouve a la clère ?" - A Renault 2013 - Acrylic on canvas 73x54cm

J’entends le vent thermique souffler en tête des chênes verts, prometteurs de belles glissages en windsurfs pendant quelques heures.    En attendant de propulser les voiles, il s’amuse dans la tignasse de ma fille. J’entends aussi les vagues qui commencent à rouler un peu plus bruyamment sur la plage à cinquante mètres de là.  On est sur la terrasse. Des tomettes anciennes qui renvoient une lumière ocre dans les ombres du T-shirt. C’est ici que l’on viendra prendre un thé après quelques heures en mer. Quand le soleil descend à l’Ouest. On y est si bien qu’on y égare volontiers son temps au soleil à bavarder. La lumière y est forte. Elle rend les silhouettes belles et l’envie de photographier forte. C’est souvent là où l’on se dit au revoir à la fin des vacances. Au revoir à cet amour d’île avec un petit pincement au coeur.

Share and Enjoy

« L’attente »

Je ne sais pas ce qu’elle attend… Le premier jour de la suite ? Le retour du soleil ? Le sommeil ?

"L'attente" - A Renault 2013 - Acrylic on canvas - 73x54cm

Je ne sais pas à quoi elle pense pendant l’attente … Pourquoi une ville qui brille, c’est comme l’océan en contrejour ? A quoi ça ressemble, tout ça, d’en haut ? Est-ce que les vagues seront meilleures demain ?

Share and Enjoy

A woman’s way

"A woman's way" - A Renault 2013 - 60x60cm

Le flou devant, la lumière derrière. Le torse droit, conquérant et séducteur. Encadré de bras fins et fermes, solides d’une vie menée sans reculer. La main gauche saisit une jupe de pont des arts, longue et très légère,  pour progresser mieux sur les sables sous marins. Avancer contre le courant. Déclencher une poignée de larmes salées. La main droite accompagne, sereine et dorée. Toute la féminité de cette silhouette fière se concentre là: dans l’élégance de cette attache et sa manière nonchalante de retenir à peine quatre anneaux lumineux. Comme quatre années heureuses.

Share and Enjoy

« Felicità »

C’est la dernière toile de 2012. J’ai adoré la peindre …  et prendre le soleil à chaque coup de pinceau. Elle aurait bien mérité sa place à l’accrochage de l’expo « Bliss » car on n’est pas loin de nager dans le bonheur ici aussi. Personnellement, j’y trouve au moins 5 ingrédients indispensables.

"Felicità" - Antoine Renault 2012 - Acrylic on canvas - 80x40cm

Un titre en forme de voeux. Le 6 décembre, j’ai senti effectivement que la fin du monde était proche. Deux planètes se sont à nouveau raté de peu et semblent reparties dans leur rotations lointaines. 2012 s’est donc achevée « de manera terminante »: claire, sans discussion.  2013 sera surprenante. Et les jours rallongent désormais. Felicità ! :)

Share and Enjoy

« Quincy Davis », inspirée par Morgan Maasen

Acrylic on canvas - Antoine Renault - 2012

Une énigme. Blonde comme les dunes, elle surfe comme une princesse et mène une vie active sur le circuit pro mondial depuis déjà quelques années. Elle a 16 ans et vient de New York : à Montauk, au nord de Long Island. Tout est normal. Quincy Davis  porte un sourire insouciant sur un style franchement incisif . Des courbes exceptionnelles dessinées à grands coups d’écume dans les swells les plus glossy de la planète. Une chance pour les vagues, pour nos yeux, et pour les objectifs.

Morgan Maasen vient de l’ Ouest avec le sien d’objectif. Un californien champion du cadrage et du contraste. Souvent au bon endroit dans les vagues. Quand Morgan croise Quincy, cela donne une série de clichés superbes qui m’ont inspiré cette dernière toile.

Share and Enjoy